pétrole

Publié le: 07/12/2015 - 09:57
166

Le ministre de l’Industrie, de l’Energie et des Mines, Zakaria Hamad, a fait savoir, lors de d’une séance plénière, tenue le 6 décembre 2015, à l’Assemblée des Représentants du Peuple, que la production nationale de pétrole et de gaz naturel, atteindra en 2016, près de 5,1 millions de tep (tonne d’équivalent pétrole), tandis que la production des phosphates s’élèvera à 6 millions de tonnes.

Publié le: 11/11/2015 - 11:58

Selon le dernier rapport sur les perspectives énergétique à court terme (Short-Term Energy Outlook) de l'Agence d'information sur l'énergie (EIA), organe du Département de l'Énergie des États-Unis, la production de pétrole hors OPEP accusera une baisse de 300 000 barils par jour en 2016, après une augmentation de 1,1 million de barils/jour cette année. Cette baisse sera la première depuis 2008, ajoute l'agence qui prévoyait pourtant une hausse de 100 000 b/j dans son rapport mensuel précédent,

Publié le: 16/10/2015 - 08:41

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a donné le 06 octobre son accord de principe pour réactiver l'adhésion de l'Indonésie en son sein, un retour dont les formalités seront discutées lors de la prochaine réunion régulière de la Conférence de l'O​PEP prévue le 4 décembre.

Publié le: 15/10/2015 - 07:06
292

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit un marché pétrolier toujours saturé en 2016, avec le ralentissement de la croissance de la demande, de 150 mille baril/jour inférieure aux prévisions du mois précédent, ainsi que  la production de l'Opep qui frôle ses records, et en dépit de la baisse de l'offre hors-Opep, conséquence de la chute des cours.

L'arrivée du pétrole iranien, en cas d'assouplissement des sanctions internationales, contribuera également à maintenir la saturation du marché, ajoute l'agence dans son dernier rapport.

Publié le: 06/10/2015 - 16:53
534

Selon les données publiées par le ministère de l’industrie, de l’énergie et des mines, la balance énergétique a enregistré un déficit de 2 millions 775 mille tonnes équivalent pétrole (TEP), à la fin août 2015, contre 2 millions 345 mille TEP au cours de la même période 2014.

Publié le: 25/08/2015 - 22:18
233

Les cours du pétrole ont enregistré un léger rebond technique, ce mardi, au lendemain d'une chute en dessous de la barre des 40$ (pour le WTI), soit un plus bas depuis début 2009. En effet, le light sweet crude s'échange actuellement (25-06 | 23h00) à 39,31$ sur le Nymex et se maintenant ainsi sous la barre des 40$.

Publié le: 06/03/2015 - 23:06
390

Les premiers indicateurs commençaient déjà à inquiéter les professionnels du marché de brut depuis la fin janvier, avec des niveaux de stock de pétrole US records. En effet, les stocks commerciaux de brut, hors réserves stratégiques, sont passés de 417,9 millions de barils (11 février 2015) à 444,4 millions de barils à la fin de la semaine dernière, soit un rythme hebdomadaire moyen largement au-dessus des 3 millions de barils attendus dans de telles périodes de baisse des prix du brut.

Publié le: 06/02/2015 - 23:27
271

Les cours du pétrole ont aligné cette semaine une série de hausses journalières qui a porté le Brent Crude à 57,75 dollars dans les dernières transactions de la journée du vendredi 06 février 2015. Le WTI américain de même échéance a pris sur la seule journée du vendredi +2,8% à 51,9 dollars. Globalement, les cours ont rebondit en moyenne de 20% sur la semaine.

Publié le: 20/01/2015 - 15:12
989

Le dernier billet économique de MAC S.A revient sur la chute des prix du pétrole et les facteurs qui y ont contribué, ainsi que ses implications sur l’économie tunisienne.  

Publié le: 16/01/2015 - 14:35

L'Agence internationale de l'énergie (AIE) a estimé dans son rapport mensuel, publié aujourd’hui 16 janvier, que la chute  des prix du pétrole ne suffira pas à relancer la demande d'or noir face au contexte économique actuel, à l'exception des Etats Unis.

Publié le: 29/12/2014 - 14:45
4695

La Tunisie a connu une année 2014 difficile à plus d’un titre : un calendrier électoral chargé, une  économie épuisée, gangrénée par le chômage et en mal de croissance, la perte de pouvoir d'achat et les multiples complications d'une période où l'histoire du pays s'est accélérée comme jamais. Les tunisiens avaient de bonnes raisons d'appréhender l'année 2014, mais il y avait aussi de quoi espérer qu’au bout, la Tunisie se remette sur la voie de la stabilité, du moins politiquement, à l'issue des élections législatives et présidentielles.

Pages

S'abonner à pétrole