Telnet : Crash aérien pour TELNET

Date: 15/01/2019Unité monétaire: TND
Valeur nominale1Nbre d'actions11 028 000
Dernier cours9.800PER (sur 1 année) / marché18,15x/10,76x
Var. der. clôture %0BPA (sur 1 année)0.540
Bidn.dDer. dividende0.300
Askn.dDate Distribution
Cap. Boursière108 074 400Var. sur 1 an9.800->9.800
MM(20)-MM(50)9,800-9,800Rdt ajusté depuis le 31/12/2019nc
Echg. quot. moyen (sur une année)0Advance/Decline (sur une année)0 hausses / 0 baisses

Pour l’année 2015, le Groupe Telnet a affiché une perte record de 18 Millions de Dinars. Comme cela a déjà été évoqué dans notre précédent article « quand un fleuron de la technologie échappe de peu au krach aérien », le très lourd engagement du Groupe TELNET dans la compagnie aérienne SYPHAX s’est avéré être un désastre. Rappelons qu’outre une participation de 2,5 Millions de Dinars dans le capital de SYPHAX, des prêts sous forme de débit de compte et de billets de trésorerie ont été consentis à la compagnie aérienne pour un montant de 22,2 Millions de Dinars tels qu’arrêtés au 31/12/2014. Compte tenu de la très forte improbabilité d’un scénario de sauvetage de SYPHAX, ces engagements ont fini par être  provisionnés à hauteur de 16,2 Millions de Dinars dans les états financiers de l’exercice 2015. Le risque de SYPHAX a fini par être reflété dans les comptes du Groupe TELNET même s’il subsiste encore un engagement de 5,8 Millions de Dinars dont on ignore encore les possibilités de recouvrement.

L’issue de l’engagement de TELNET dans SYPHAX est dramatique pour les investisseurs minoritaires qui ont eu, à l’occasion de son introduction en bourse, un engouement pour ce fleuron technologique qui faisait figure de l’une des meilleures « succes stories » du secteur. L’un des principaux objectifs de l’introduction de 2011 était de conférer au Groupe une solide assise financière et de financer les futurs développements du Groupe dont notamment celui d’un projet identifié « Telnet Electronics » qui était dans le « core business » du Groupe. La stratégie du Groupe a malheureusement vite changé avec le lancement de la compagnie aérienne SYPHAX par le fondateur de TELNET et ce qui ne devait être qu’une participation non stratégique s’est rapidement transformée en un soutien inconditionnel avec des concours financiers colossaux. Au lieu d’investir dans ces métiers de base, le groupe s’est transformé en banque et a prêté sans compter à une participation qui n’avait au départ aucun caractère stratégique. Les minoritaires auraient été bien contents que le Groupe réalise les prévisions du prospectus qui estimaient pour l’exercice 2014 le résultat net à près de 10 Millions de dinars et les fonds propres à plus de 45 Millions en DT. En lieu et place, ils devront subir des pertes de 18Millions de DT et un appauvrissement des fonds propres, divisés de moitié en un an à 17 Millions de DT.

Le grand enseignement de cette débâcle financière, c’est que la cotation en bourse n’offre pas encore assez de sécurité pour les investisseurs minoritaires qui dispersés et mal représentés dans les conseils n’ont pas encore les moyens d’infléchir ou de stopper les décisions hasardeuses de certains dirigeants ou de conseils d’administration fonctionnant en mode chambre d’enregistrement. L’omnipotence des dirigeants des sociétés cotées, des règles de gouvernance encore souvent dévoyées et mal assimilées, des lois encore trop laxistes pour prévenir les dérapages des sociétés, des règles comptables dont le champ d’interprétation est très vaste et qui ne permettent pas in fine une bonne lisibilité des comptes….sont autant de raisons qui concourent à l’éclatement de tels scandales financiers qui tendent à se multiplier ces derniers temps à une cadence anormalement élevée.

Face à l’ampleur de cette destruction de valeur (-40% depuis l’introduction), ce n’est pas la décision récente du Groupe Telnet de lancer un appel à candidature pour un nouvel  administrateur  représentant des minoritaires qui va y changer quoi que ce soit. Ne dit on pas dans un vieil adage populaire qu’on n’achète pas un fusil après avoir été cambriolé!

S.F

Société : 

Themes :

© Copyright Tustex