SIPHAT : Un chantier colossal pour remettre sur pied le pionnier du secteur pharmaceutique en Tunisie

Date: 15/01/2019Unité monétaire: TND
Valeur nominale5Nbre d'actions1 800 000
Dernier cours3.980PER (sur 1 année) / marchén.dx/10,76x
Var. der. clôture %0BPA (sur 1 année)-0.78
Bidn.dDer. dividende0,200
Askn.dDate Distribution18/07/2011
Cap. Boursière7 164 000Var. sur 1 an3.980->3.980
MM(20)-MM(50)3,980-3,980Rdt ajusté depuis le 31/12/2019nc
Echg. quot. moyen (sur une année)0Advance/Decline (sur une année)0 hausses / 0 baisses

Une communication financière a été organisée le 27 février au siège de la Bourse de Tunis, à l'initiative de la société SIPHAT. L'équipe dirigeante de l'acteur public sur le marché tunisien, avec à sa tête Anis KLOUZ, Président du conseil d'administration et Directeur Général, est venue présenter le nouveau Business Plan pour la période 2020-203, dont l'objectif est de sortir la société de sa situation critique.

La rencontre intervient quelques jours après la publication des indicateurs d'activité à fin 2019. La société a clôturé l'année écoulée avec un chiffre d'affaires en baisse de 27,7%. Sur les six premiers mois, la SIPHAT affiche un déficit de 7,1 MD contre une perte de 4,8 MD à fin juin 2018.   Déficitaire sans interruption depuis 2010, la société a vu ses fonds propres basculer en territoire négatif depuis 2018 (un montant de –14MDt au S1 2019).

Le bras industriel de la PCT, également en situation financière tendue, jouit pourtant d'une position très favorable sur le marché local, qui constitue plus de 90% de son activité. Boutheina Essid, DGA, a affirmé que la forte compétition dans le secteur, les prix de vente homologués et non rentables, ainsi que le climat social tendu, ont précipité la société dans une crise profonde. Un bref exposé de la situation de l'endettement vis à vis des banques (3,5 MD au 1D 2019), fournisseurs (8,3 pour les fournisseurs étrangers et 4,2 MD pour les locaux à fin 2019) et CNRPS (3,9 MD à fin 2019)a montré à l'assistance l'ampleur des difficultés. Avec une réputation fortement endommagée, la société a même subit à plusieurs reprises des coupures l'alimentation de la part de la STEG, ainsi qu'un blocage avec la STAR.

Face à cette situation, et après la décision de l'AGE du 4 octobre 2019 de poursuive l'activité de la société, le nouveau management s'est penché sur un plan d'action pour le sauvetage du pionnier de l'industrie en Tunisie, avec l'assistance d'un bureau spécialisé.   

Les actions urgentes à très court terme (6 mois à un an), commenceront par l'obtention d'une garantie de l'Etat, le DG a parlé d'un accord sur 10 MD. La restructuration de la dette à court terme, et l'assainissement de la situation financière, par la cession d'immobilisations non productives est également à l'ordre du jour. La société prépare également la conversion de 6 MD du compte courant associés de la PCT en capital.    

Le plan d’action immédiat prévoit également une rationalisation du potentiel résiduel des lignes de production, et la mise en place d’une deuxième équipe au niveau de certaines unités de production, telles que les flacons de solutés perfusables, les poches, les sirops et suspension, et la compression. Boutheina Essid a précisé qu’aucun plan d’assainissement social  ne sera mis en place. Interrogée à ce propos, la DGA a expliqué qu’avec une population vieillissante au sein de la société, les départ à la retraite seront de toutes façon nombreux sur les 5 prochaines années,  la politique de recrutement visera quant à elle le rajeunissement de l’effectif.     

La deuxième phase portera sur une période d’une à deux années, et visera l'optimisation de la capacité de production avec un mix chiffre d'affaires plus rentable et lieux ciblé. la société compte sur la diversification de ses produits, et le développement de nouveau marché, hospitalier et clinique. 

La troisième phase consistera pour la société en la mise en place d'une unité de production  d’injectables, dans le cadre de la diversification de ses produits. Il sera aussi question d'un projet de mises en place d'une force commerciale, via une start-up ou un département au sein même de la SIPHAT pour améliorer la promotion des produit, notamment dans l'officinal, où la société à  une part de marché très faibles, aux environs de 2%.

Par ailleurs, la société a obtenu l'accord du ministère du commerce pour la révision des prix de vente, un surplus de 5 MD est attendu en 2020, a expliqué le DG.

Au chapitre endettement, la société a obtenu des rééchelonnements de dettes de la plupart des banques, ainsi qu'avec la CNRPS (5MD) sur 24 mois à partir du mois d'avril 2020. Des accords de rééchelonnement ont également été trouvés sur le solde avec la STEG et la dette auprès de la STAR. La société a obtenu l'ouverture de plusieurs lettres de crédit pout un total de 3,5 MD.  

D’un autre coté, la SIPHAT compte sur la relance de l’export, déjà présente en Cote d’Ivoire et en Libye, la société vise des marchés tels que le Burkina Faso, le Bénin et le Cameroun, une commende du Soudan et en cours de la validation, et le marché Yéménite, également dans le viseur, est en attente d’enregistrement. Sur certaines destinations, le management réfléchit à la création d’unité de production locale, pour minimiser les contraintes logistiques.    

Pour le volet chiffré,  le Business Plan prévoit un chiffre d’affaires autour de 50 MD en 2020, pour atteindre près de 90 MD à l’horizon 2023. Le retour aux bénéfices est attendu pour 2022.         

Société : 

Themes :

© Copyright Tustex