OTH : Le groupe s'attend à une hausse de 10% de son bénéfice en 2018, à 46,2 MD

Date: 22/06/2018Unité monétaire: TND
Valeur nominale1Nbre d'actions53 600 000
Dernier cours15.500PER (sur 1 année) / marché36,64x/10,76x
Var. der. clôture %0BPA (sur 1 année)0.423
Bidn.dDer. dividende0,225
Askn.dDate Distribution16/06/2015
Cap. Boursière830 800 000Var. sur 1 an9.940->15.500
MM(20)-MM(50)15,500-14,978Rdt ajusté depuis le 31/12/2017+16.19% (±2‰)
Echg. quot. moyen (sur une année)7 607Advance/Decline (sur une année)90 hausses / 89 baisses

Les actionnaires de One Tech Holding (OTH), se sont réunis aujourd'hui, mardi 22 mai, pour revenir sur l'exercice 2017 lors de l'assemblée générale ordinaire présidée par Moncef Sellami, Président du conseil d’administration d’OTH, qui fêtera cette année son 40 ème anniversaire.

En 2017, les revenus consolidés de l’année 2017 ont atteint 698,7 millions de dinars contre 573,6 MDT en 2016. Le résultat net consolidé a atteint 48,6 millions de dinars, en augmentation de 59,6 %, par rapport à son niveau de l’année 2016. Le résultat net part du groupe est passé de 26,9 millions de dinars en 2016 à 42,4 millions de dinars en 2017. Le groupe a vu son endettement global augmenter de 67,460 à 99,550 MD entre 2016 et 2017, pour faire face à l’important effort d’investissement. Le ratio d’endettement net est ainsi passé de 2,1 à 12,5% sur la même période. Le résultat net individuel de la Société n'a que très faiblement progressé en 2017 à 16,980 MD contre 16,831 MD en 2016.

La croissance des revenus du groupe a été principalement tirée par l'évolution des pôles câbles et mécatronique, dont les contributions au chiffre d’affaires total ont nettement augmenté, au détriment de l'activité IT. Par ailleurs, la part des exportations est passée à 77% contre 73% en 2016.

Au niveau du pôle câbles, les revenus ont progressé de 28,5% en valeur et de 2% en volume. Le marché local a enregistré une croissance de sa part dans les revenus du pôle, passant de 30,1 à 32,9%, suite entre autres à la hausse des ventes de câbles moyenne tension dirigés vers la STEG. A l'export, le groupe est parvenu à nouer des relations avec de nouveaux distributeurs en France et en Allemagne, et pénétrer un nouveau marché, celui de l'Afrique de l'Est via la Société STEG International.

Le pôle mécatronique a enregistré une progression de 35,2% des revenus avec une hausse de 34,7% au niveau de la marge brute. Le pôle a vu son résultat net s'améliorer de 77% vs 2016, pour atteindre 33 MD.  Le pôle a dépassé de 20% les prévisions de chiffre d’affaires et de 34% sur le résultat net, freiné seulement par la hausse des prix des intrants qui n’a pas pu être totalement compensée par les prix de ventes. Le pôle mécatronique a bénéficié des bonnes performances au niveau des filiales Fuba, TTEI et le développement récent d’Eleontech dans le secteur automobile. Quant à la filiale marocaine OTMA, qui a démarré ses activité en octobre 2016, les revenus se sont établis à 5 M€ en 2017, pour un résultat net déficitaire de -1,8 M€.

A noter que le groupe a globalement dépassé de 10,5% ses objectifs budgétisés au niveau du chiffre d'affaires, grâce à l'arrivée de nouveaux clients, comme Automotive Lighting, et la croissance réalisée sur le marché allemand. Au niveau du résultat net part du groupe, le dépassement a atteint 26,3% en comparaison avec les prévisions ; le groupe a, par ailleurs, bénéficié d'un effet de change favorable, avec un impact de 9,5 MD contre 4,1 MD en 2016. L'année 2017 a été marquée, d'autre part, par la raréfaction de certaines matières premières, notamment les dorures, avec des délais de livraison qui peuvent atteindre 110 semaines ; la forte croissance de la demande de feuilles de cuivre, alimentée par l'industrie des batteries électriques s'est faite sentir, a expliqué Mocef Sellami. Le groupe jouit toutefois d'un bon réseau qui a permis de faire face aux pénuries ponctuelles et aux difficultés d'approvisionnement selon Hedi Sellami, directeur général de One Tech Holding.

A l’opposé, l’activité Telecom du groupe reste en difficulté avec une évolution négative des revenus sur 2017, en baisse de 41% vs 2016. Le pôle a certes réduit son déficit de 2,6 MD en 2016 à 2 MD en 2017, mais il reste très loin des prévisions du Business Plan, qui tablaient sur un bénéfice de 1 MD. Le marché local est marqué par un net ralentissement qui a suivi l’euphorie générée par l’introduction de la 4G. La hausse des revenus de l’activité intégration service de 34% par rapport à 2016 n’a fait qu’atténuer la contreperformance générale du pôle, qui devrait, selon le groupe, bénéficier du retour du constructeur NOKIA. Les commandes enregistrées sur l’intégration et service IT ont quasiment triplé en 2017, comparées à celle reçues en 2016. Le groupe compte également sur la montée des services software via la filiale française FILODOXIA IT et le partenariat technique et commercial conclu avec INTERSEC.

Pour 2018, le groupe table sur une hausse de 20,6% des revenus consolidés, attendus à 842,7 MD. Le résultat d’exploitation devrait croitre de 35% pour atteindre 67 MD. Le résultat net part du groupe est quant à lui attendu à 46,292 MD, ce qui correspond à une croissance de 10,1% par rapport à 2017, ceci sans tenir compte des éventuels gains de changes, a insisté le mangement.

 Interrogé sur l’avenir de la filiale marocaine, Hedi Sellami a indiqué que les perspectives de croissance sont très encourageantes, Le groupe a d’ailleurs revu à la hausse les investissements alloués à cette filiale, de 10,5 M€ pour les estimations initiales, à 19,4 M€ finalement, des investissements qui seront financés à hauteur de 42% par les fonds propres, 50% de dettes à moyen terme de 8% via le fonds Hassan II. L’objectif pour OTMA est d’atteindre l’équilibre en 2018, a–t-il assuré. Au niveau des revenus, la société devrait atteindre les 11 M€ en 2019 et 20 M€ à l’horizon 2021. Rappelons que la filiale OTMA est spécialisée dans l’injection et la métallisation de pièces plastiques, l’assemblage électromécanique et le câblage filaire. La filiale entend profiter de l’essor de l’industrie automobile au Maroc, sur un site de production désormais qualifié par les principaux équipementiers, celui de la zone franche de Tanger.

Notons enfin, que le président d’OTH, Moncef Sellami, a évoqué la possibilité d’entreprendre une distribution d'actions gratuites l’année prochaine, vu le niveau des réserves.


 

 

 

 

 

Société : 

Themes :

© Copyright Tustex

Ajouter un commentaire

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées (spam)
Image CAPTCHA
Saisissez les caractères affichés dans l'image.